Stéphanie-Marie Degand, violon Gérard Caussé, alto Gary Hoffman, violoncelle Lauréats de l’Académie Maurice Ravel

Stéphanie-Marie Degand, violon

Élève à Caen de Jean-Walter Audoli mais aussi d’Emmanuelle Haim, Stéphanie-Marie Degand est admise à l’unanimité en 1990 au Conservatoire de Paris dans la classe de Jacques Ghestem où elle fait un parcours original et remarqué (quatre Premiers Prix et un cycle de perfectionnement en violon). Elle y fonde sa démarche actuelle en étudiant tant les répertoires romantique et contemporain que baroque et classique, se perfectionnant auprès de William Christie, Patrick Bismuth, Christophe Rousset et Christophe Coin.

Depuis, Stéphanie-Marie Degand mène une carrière brillante et atypique. Soliste, récitaliste, chambriste mais aussi violon solo engagé, elle s’attache à rechercher les sonorités et les styles propres à chaque œuvre du vaste répertoire violonistique.

Cette démarche artistique est régulièrement saluée : Grand Prix de l’Adami 95, Deuxième Prix du Concours Ferrras-Barbizet 97, finaliste au concours Munich ARD 98, Révélation Classique au Midem 98, Lauréate de la Fondation Natexis 99 et Prix de la Sacem 2002. En 2005 elle est nommée Révélation « Soliste Instrumental » aux Victoires de la Musique Classique.

Stéphanie-Marie Degand se produit dans les meilleures salles et Festivals européens, notamment aux côtés de Violaine Cochard, Christophe Rousset, Kristian Bezuidenhout, François-Frédéric Guy, Vahan Mardirossian, Vanessa Wagner, Marc Coppey, Emmanuelle Bertrand et Antoine Tamestit, et avec des orchestres historiques tels que la Chambre Phillharmonique, The King’s Consort, Les Siècles, Le Parlement de Musique ou Arion Baroque Orchestra (Canada).

Cette artiste est l’une des seules interprètes d’aujourd’hui capable de maîtriser les techniques du violon baroque et du violon moderne. Cette remarquable double culture, en tant que concertiste,  lui permet de s’emparer de tous les répertoires, du baroque à la création contemporaine, avec une égale virtuosité et maturité. Elle est régulièrement invitée en tant que soliste par des orchestres tels le prestigieux Los Angeles Philharmonic, Insula Orchestra, l’Orchestre de Chambre du Luxembourg ou encore l’Orchestre de l’Opéra de Saint-Étienne. 

Stéphanie-Marie Degand est depuis 2007 assistante musicale du Concert d’Astrée, qu’elle a cofondé avec Emmanuelle Haim en 2001 et qu’elle dirige régulièrement dans des programmes instrumentaux.

Elle dirige fréquemment d’autres formations, parmi lesquelles on peut citer l’Orchestre Philharmonique de Liège, le Jeune Orchestre Atlantique, Jeune Orchestre de Dijon Bourgogne, l’Orchestre d’Auvergne.

La discographie de Stéphanie-Marie Degand illustre fidèlement son insatiable curiosité musicale.

Titulaire du CA, elle enseigne au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Stéphanie-Marie Degand se consacre à la direction d’orchestre avec ou sans violon. Elle a été notamment assistante musicale dans la production de Mitridate de Mozart menée conjointement par le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et la Cité de la musique. Elle joue sur deux magnifiques violons italiens (Catenari 1710 et Gennaro Gagliano 1756).

 

Gérard Caussé, alto

 

Gérard Causséest salué dans le monde entier comme l’un des grands virtuoses de son instrument et, depuis Primrose, il est l’un des rares qui ont su rendre à l’alto sa liberté d’instrument soliste à part entière. Il obtient la reconnaissance internationale au milieu des années 70 comme membre fondateur et alto solo de l’Ensemble Intercontemporain. Il joue en soliste avec la plupart des grands orchestres internationaux, dans un répertoire très large allant du baroque jusqu’à Bruch, Berlioz, Bartok, Stravinsky, Britten, Walton et Martinu en passant par Mozart, qui selon lui, est le premier à avoir compris le rôle d’arbitre de l’alto. Il se consacre également à étoffer le répertoire de son instrument et plus de 20 concertos lui ont été dédiés, dont ceux de Philippe Hersant, Michaël Levinas, Pascal Dusapin et Hugues Dufourt. Récemment, il a créé en Europe le Double Concerto de Wolfgang Rihm pour alto et clarinette (Michel Portal), avec l’Orchestre National de France. De 2002 à 2004, il est directeur artistique de l’Orchestre de Chambre National de Toulouse, avec lequel il se produit comme soliste et comme chef. Récemment, il s’est produit avec l’Orchestre National de France, l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre National de Lille (Casadesus), l’Orchestre Philharmonique de Montpellier (Levi), l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg (Krivine), l’Orchestre Symphonique de Sao Paulo (Neschling) et l’Orchestre du Capitole de Toulouse. Répondant à l’invitation de Maria Joao Pires, au sein de la Fondation Caja Duero, il s’engage en créant et dirigeant la Camerata de la Fondation Caja Duero, composée de jeunes musiciens à Salamanque. Ce travail se veut être une approche expérimentale de tous les répertoires. Gérard Caussé joue et enregistre régulièrement avec Gidon Kremer, Maxim Vengerov, Franz Peter Zimmerman, Renaud Capuçon, Augustin Dumay, Maria Joao Pires, François René Duchable, Frank Braley, Nicholas Angelich, Jean Philippe Collard, Michel Portal, Paul Meyer, Emmanuel Pahud, Gautier Capuçon. Sa discographie compte plus de 35 disques pour des labels comme EMI, Erato, Philips, Teldec, Virgin Classics, Harmonia Mundi et Deutsche Grammophon. Ses derniers enregistrements comportent le Quintette La Truite de Schubert pour Virgin Classics, un disque de récital d’œuvres de Hindemith et Levinas pour Aeon. Vient de paraître un disque consacré aux œuvres de Bloch avec l’Orchestre de la Suisse Romande. Gérard Caussé est titulaire d’une classe d’alto au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il est directeur artistique du Florilegio Musical (Salamanque).Gérard Caussé joue un magnifique Gasparo da Salo (1560).

 

Gary Hoffman, violoncelle

La plénitude de la sonorité, une technique parfaite, une sensibilité artistique exceptionnelle caractérisent le style de Gary Hoffman. Membre d'une famille de nombreux musiciens originaires de Vancouver, Gary Hoffman fait ses débuts au Wigmore Hall de Londres dès l'âge de 15 ans. New York l'accueillit ensuite, tandis qu'à l'âge de 22 ans il devenait, en 1979, le plus jeune professeur de la célèbre école de musique de l'Université d'Indiana où il resta huit ans.Il continue toujours d'enseigner dans les plus grandes académies et Festivals (Aspen, Gregor Piatigorsky Seminar/California, Académie Sibélius à Helsinki, ... ).

Le Premier Grand Prix Rostropovich qu'il obtient à Paris en 1986 lui ouvre les voies d'une carrière internationale qui le conduit à se produire avec les plus grandes formations sous la direction de chefs de renommée internationale. Gary Hoffman est également un récitaliste confirmé, invité dans les plus grandes salles: Alice Tully Hall à New York, Suntory Hall à Tokyo, Ambassador Auditorium à Pasadena (Californie), Teatro Pergola à Florence, Tivoli à Copenhague, Gulbenkian à Lisbonne, St-Lawrence Center à Toronto, Mc Gill University à Montréal, au Théâtre des Champs-Élysées, à la Beethovenhaus de Bonn (intégrale des Sonates piano/violoncelle de Beethoven), Théâtre du Châtelet ...

Gary Hoffman est le créateur de nombreux concertos (Petitgirard, 1994, Hoffman, 1998, Gagneux, 2000, Shohat, 2001, Finzi, 2002, avec l'Orchestre Philharmonique de Radio France). Il est depuis 2011, professeur à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth de Belgique à Bruxelles.  Installé depuis 1990 à Paris, Gary Hoffman joue un Nicolo Amati de 1662 ayant appartenu à Léonard Rose.