Hélène Desaint, alto Astrig Siranossian, violoncelle Nathanaël Gouin, piano

Hélène Desaint, alto

 

Elle commence l’alto au Conservatoire du XXe de Paris, avec Jean-Baptiste Brunier, puis elle poursuit ses études au CNR de Paris et à l’Ecole Nationale de Musique de Gennevilliers avec Bruno Pasquier et Pierre-Henry Xuereb. Elle entre en 2004 au CNSMD de Lyon dans la classe d’alto de Tasso Adamopoulos et obtient en juin 2008 le DNESM mention très bien. Après avoir suivi un an une classe de perfectionnement à la Musikhochschule de Lübeck dans la classe de Miguel da Silva, elle obtient un Master de soliste au Conservatoire de Genève dans la classe de Nobuko Imai et Miguel da Silva. Hélène donne de nombreux concerts en France et à l’étranger, en soliste, en formation de musique de chambre ou encore avec orchestre. dans la Symphonie Concertante de Mozart avec Olivier Charlier, Musical humors de Philippe Hersant et récemment dans le Concerto de Bartòk à Genève.

Elle se produit également en musique de chambre dans différents Festivals (Musique à l’Emperi, Musica à Strasbourg, Grame à Lyon, Festival musiques démesurées, Festival de Saintes, Flagey’s Festival à Bruxelles, Musikfest Goslar, NNO Festival, Festival Présence Radio France…). Elle a fait partie du Finzi quartet à Londres et fonde en 2012 l’ensemble Zerlina (Trio à cordes/Quatuor avec piano ) Elle est régulièrement invitée comme alto solo à l'orchestre de chambre d'Auvergne. Parallèlement à l’étude du répertoire classique, elle s’attache à défendre le répertoire moderne et contemporain dans des œuvres d’Helmut Lachenmann, Georges Aperghis, Bruno Mantovani, Steve Reich, Georges Benjamin (Viola-Viola), Henry Fourès. Dernièrement elle a créé dans le cadre du Festival Présence, les Trois strophes pour Patrice Lumumba de Bernard Cavanna pour alto solo et ensemble, avec l’Ensemble 2 E 2 M sous la direction de Pierre Roullier. Elle enregistre en décembre 2009 cette pièce pour le label Aeon (Harmonia Mundi).  En septembre 2009 elle remporte un Prix d’interprétation à l’Académie Maurice Rave.l Elle a reçu le soutien du Mécénat Société Générale en 2009 et de l’ADAMI en 2010.

Elle est actuellement jeune artiste en résidence à la Chapelle Reine Elisabeth à Bruxelles. Elle joue un alto de Giuseppe Sgarbi de 1882 prêté par un mécène privé allemand.

 

 

Astrig Siranossian, violoncelle

 

Violoncelliste de talent, Astrig Siranossian, est Française d'origine arménienne. Née dans une famille de musiciens elle monte dès l’âge de quatre ans sur scène. Aussi à l’aise en soliste que passionnée de musique de chambre, elle manie avec virtuosité son archet, passant avec brio du répertoire baroque à la musique contemporaine : des compositeurs tels que Jean-Luc Darbellay, Rudolf Kelterborn, Tigran Mansurian ou Daniel Schnyder ont déjà composé pour elle.

Des musiciens de chambre tels que Bertrand Chamayou, Jacques Di Donato, Yo-Yo Ma (création de l'octuor pour violoncelle de Philippe Hersant), ou encore le Quatuor Ebène, Adrian Oetiker, les frères Bruno et Régis Pasquier, Daniel Ottensamer Michel Taddei, Bruno Schneider et Daniel Schnyder partagent la scène à ses côtés. Des orchestres renommés l'invitent régulièrement à jouer en tant que soliste. Astrig Siranossian a été accueillie par de nombreux Festivals : Menuhin Gstaad Festival, Schelswieg Holstein Festival Annecy Classique, Viva Cello, La Roque d'Anthéron, Auvers-sur-Oise, Festival de musique de chambre de Bâle, Festival de Cully, Festival de Menton. En 2016, elle sort chez Claves un disque consacré à Poulenc, Fauré et Komitas en compagnie du pianiste Théo Fouchenneret.

Astrig Siranossian est née à Lyon en 1988. Dès l'âge de huit ans, elle réussissait le concours d'entrée au Conservatoire National de Lyon, dans la classe de Patrick Gabard, puis dans celle d'Yvan Chiffoleau au CNSMD de Lyon. Après un diplôme d’études supérieures qu’elle reçoit en 2008 avec les félicitations du jury, elle part en Suisse, où elle obtient un Master de Concert et Soliste avec les hautes distinctions dans la classe d'Ivan Monighetti, à la Hochschule für Musik de Bâle. Depuis la rentrée 2015, elle est artiste en résidence à la Chapelle Musicale Royale Reine Elisabeth. Elle remporte le Concours International de violoncelle Penderecki (ainsi que deux prix spéciaux), le prix décerné en France par la Banque Populaire ainsi que le Concours de Basel Duo Competition 2013, aux côtés du pianiste Andriy Dragan.

Astrig Siranossian joue un violoncelle Ruggieri de 1676.

 

Nathanaël Gouin, piano

 

Né en 1988, Nathanaël Gouin commence l'étude du piano et du violon à l'âge de 4 ans. Il travaille en premier lieu avec François Chaplin au Conservatoire de Rouen, puis au Conservatoire de Toulouse. Il vit sa première expérience scénique à l'âge de 10 ans, en soliste avec l'Orchestre de Chambre de Toulouse. Intégrant en 2007 le CNSMD de Paris dans la classe de Michel Beroff et Denis Pascal, il se perfectionne durant un semestre à la Juilliard School de New York auprès de grandes personnalités telles que Maria-Joao Pires, Jean-Claude Pennetier, Menahem Pressler, Pierre-Laurent Aimard, Elisso Wirssaladze ou encore Christoph Eschenbach. Révélé à l’attention internationale par sa victoire, en 2009, au Concours Johannes Brahms de Portschäch en Autriche, il est l’invité de nombreuses salles et Festivals en France et à l’étranger - Orangeries de Sceaux et de Bagatelle, Folle Journée de Nantes, La Roque d’Anthéron, Cité de la Musique... - et se produit régulièrement avec orchestre. Passionné de musique de chambre, il donne de nombreux concerts avec des artistes de sa génération, particulièrement avec le violoniste Guillaume Chilemme, avec lequel il a enregistré un disque de Sonates de Ravel et Marguerite Canal. Partenaire également de Claire Désert, Jean-Claude Pennetier, Fabrice Millischer (avec lequel il a aussi enregistré deux disques) et du Quatuor Voce. Il fonde le Trio Werther qui s’illustre au Concours Maria Canals de Barcelone et au Concours de Musique de chambre de Lyon. Accompagnant de nombreux artistes lyriques, Nathanaël Gouin est aussi compositeur et crée au cours de ses concerts ses propres pièces pour piano et divers instruments. Lauréat de la Fondation Banque Populaire, il est actuellement en résidence à la chapelle Reine Elisabeth de Belgique, où il reçoit les conseils de Maria Joao Pires.