Quatuor Diotima

Quatuor Diotima

Quatuor Diotima

Yun-Peng Zhao, Constance Ronzatti, violons – Franck Chevalier, alto – Pierre Morlet, violoncelle

 Fondé par des lauréats des conservatoires de Paris et de Lyon, le Quatuor Diotima est aujourd’hui l’une des formations les plus demandées au monde. Il prend son nom de l’oeuvre de Luigi Nono Fragmente-Stille, an Diotima, affirmant ainsi son engagement en faveur de la musique de son temps. Le Quatuor Diotima est le partenaire privilégié de nombreux compositeurs majeurs tels que Helmut Lachenmann, Brian Ferneyhough, Toshio Hosokawa, et il commande régulièrement de nouvelles pièces à d'éminents compositeurs de tous les continents parmi lesquels Alberto Posadas, Gérard Pesson, Emmanuel Nunes ou encore James Dillon. Le Quatuor ne néglige pas pour autant le répertoire classique du quatuor à cordes, portant une attention particulière aux derniers quatuors de Beethoven, à la musique française et au répertoire du début du XXe siècle. Leurs interprétations sont régulièrement saluées par la presse internationale Depuis sa création, le Quatuor Diotima s’est produit sur la scène internationale et a joué dans la plupart des festivals et séries de concerts européens (Philharmonie et Konzerthaus de Berlin, Reina Sofia Madrid, Cité de la musique Paris,  Wigmore Hall Londres, South Bank Center Londres, Konzerhaus de Vienne, etc.). Il réalise régulièrement des tournées aux États-Unis, en Asie(Chine, Corée, Japon) et en Amérique du Sud (Colombie, Argentine, Brésil, Pérou, Chili...). Lauréat de plusieurs concours internationaux (concours de Londres, Berlin), le Quatuor Diotima est soutenu par la DRAC Centre, la Région Centre, et reçoit régulièrement le soutien de l’Institut Français, de la Spedidam, de Musique Nouvelle en Liberté, du Fonds pour la Création musicale, de l’Adami ainsi que de mécènes privés.

 

Marie Poulanges, alto

C’est en 1993 que Marie Poulanges est admise au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et débute ainsi trois années de cours dans la classe de Jean Sulem. Elle y obtient en 1996 un 1er prix d'alto à l'unanimité ainsi qu’un 1er prix de musique de chambre. De 1998 à 2000 elle prolonge ses études avec un cursus de perfectionnement en classe de quatuor à cordes alors qu’elle est déjà membre de l’Orchestre de Paris depuis 1997. Ces années de formations lui permettront de travailler avec les plus grands chambristes du moment comme les musiciens du Quatuor Borodine, du Quatuor Hagen, du quatuor Alban Berg, du Quatuor LaSalle et du Quatuor de Tokyo.  Elle partage aujourd'hui ses activités musicales entre l'Orchestre de Paris, ses 3 enfants, les concerts en tant que chambriste et tout un tas de projets liés à la musique ! En effet, son amour de la musique la pousse régulièrement à travailler auprès du jeune public, en écrivant des spectacles (7 concerts destinés aux plus jeunes réalisés avec l’Orchestre de Paris depuis 2012).  Ses expériences musicales l’ont menée également à l'enseignement avec une collaboration de 4 ans sur le projet DEMOS, qui est un dispositif d’enseignement collectif de la musique auprès d’enfants issus de milieux défavorisés.  Depuis 2008, motivée par son goût de la transmission et désireuse de ne pas réserver les concerts aux saisons culturelles des grandes villes, elle est la directrice artistique du festival « le 8 de Montcabrier » qui rassemble chaque été dans le Lot, à la campagne, de très nombreux et talentueux musiciens autour de concerts de musique de chambre.

 

Bruno Philippe,violoncelle

Bruno Philippe est né en 1993 à Perpignan. Il y débute le violoncelle avec Marie-Madeleine Mille et suit régulièrement les masterclasses d'Yvan Chiffoleau. En 2008, il poursuit ses études au CRR de Paris dans la classe de Raphaël Pidoux. En 2009, il est reçu à l'unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe de Jérôme Pernoo et intègre la classe de musique de chambre de Claire Désert. Par la suite, il participe aux masterclasses de David Geringas, Steven Isserliss, Gary Hoffman, Pieter Wispelwey et Clemens Hagen au Mozarteum de Salzburg.  Depuis octobre 2014, il étudie en tant que jeune soliste à la Kronberg Academy avec Frans Helmerson.  En novembre 2011, il remporte le Troisième Grand Prix ainsi que le Prix du meilleur récital au Concours international André Navarra. En septembre 2014, il remporte le 3ème prix et le prix du public au Concours International de l'ARD de Munich.  Bruno Philippe est invité à se produire à la Kammersaal de la Philharmonie de Berlin, à la Cité de la Musique et la Salle Pleyel à Paris, à la Halle aux Grains à Toulouse et à jouer avec le Bayerische Rundfunk, le Münchener Kammerorchestrer, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse sous la direction de chefs tels que Bruno Mantovani ou Michel Tabachnik. En 2013, il est notamment invité au Kursaal de Besançon pour interpréter le concerto d’Elgar. Bruno Philippe se produit aussi au Festival Pablo Casals à Prades, au Festival d'Hix, à la Folle Journée de Nantes, aux Vacances de Monsieur Haydn à La Roche-Posay, à Musique à Deauville, au Festival Radio France à Montpellier, à La Roque d’Anthéron, à la Cello Biennale d'Amsterdam, au Festival 1001 Notes... Il enregistre avec Raphaël Pidoux le duo d'Offenbach opus 54 n° 1 pour Intégral Classic en octobre 2009.  Il a l'occasion de jouer avec des musiciens de renom : Gary Hoffman, Renaud Capuçon, Jérôme Ducros, Antoine Tamestit, Sarah Nemtanu, Lise Berthaud, Christophe Coin, Jérôme Pernoo, Raphaël Pidoux, Emmanuelle Bertrand, ainsi que les Violoncelles Français ou les Dissonances (David Grimal).  Parmi ses projets de 2015, il est notamment invité au Verbier Festival Academy en Suisse et au Festival de Pâques d’Aix-en-Provence.  Bruno Philippe est lauréat d'une bourse de la fondation Safran pour la musique, de la fondation Raynaud-Zurfluh, de la fondation L'Or du Rhin, de l'AMOPA, de la fondation Banque Populaire et remporte en août 2014 le prix Nicolas Firmenich au festival de Verbier. Il reçoit le soutien de la "Christa Verhein-Stiftung" pour ses études à la Kronberg Académie.  Depuis mars 2012, il joue un violoncelle de Fanck Ravatin prêté par Mécénat Musical Société Générale.